le blog insolite de Christian Godard

22 octobre 2014

ANTOINE...

Aujourd'hui, je voudrais vous parler d'un homme extraordinaire. Il était d'une humanité exceptionnelle, toujours disponible, toujours attentif à ma modeste personne de jeune enfant. Il n'hésitait pas à me poser des questions pour savoir si j'allais bien, si j'étais heureux de vivre, ou si j'avais besoin de quelque chose. Il s'appelait Antoine. Il était polonais. Il était arrivé en France tardivement, presque adulte déjà et parlait très mal le français. C'était un colosse. Une de ces statures imposantes que la nature fabrique parfois. Il avait vite trouvé du travail, à la gare de triage du Pont Cardinet, à Paris. Il colportait toute la journée des charges, les sortant d'un wagon à l'arrêt pour les charger ailleurs. Et pourtant c'était le plus doux des hommes, le plus attentif, le plus humain que j'aie jamais rencontré dans ma vie. Son seul atout dans l'existence, c'était sa force physique. Alors il l'employait comme il pouvait. Une fois par semaine, dans l'arrière-salle d'un café proche de chez moi, il organisait ce qu'on appelle « un bras-de-fer » . Il acceptait d'être défié par qui voulait. Il posait un billet de 10 francs, autant que je me souvienne, sur la table devant lui. Pour s'essayer à le battre, il fallait en faire autant, mettre un billet équivalent. Le gagnant remportait la mise. C'était toujours lui. Il ne perdait jamais. Je me souviens de ce soir-là où j'ai vu défiler quatre ou cinq costauds, venus exprès, de loin parfois, qui n'ont rien pu faire, que s'incliner. J'ai oublié de vous dire qu'Antoine était un voisin, j'habitais au-rez-de-chaussée, et lui au premier étage au-dessus de ma tête. C'était mon ami. Il avait un chien, à demi chien loup, Sultan, qui veillait sur moi, lui aussi. J'étais un enfant, à cette époque-là. J'avais, quoi?...Sept, huit ans. Ce soir-là donc, celui dont je vous parle, mon père était à proximité, assis à une table voisine, avec ma Maman. Je n'en pouvais plus. J'ai été le trouver...

--Dis, P'pa, est-ce que je peux essayer, moi aussi?

J'avais l'impression que les précédents ne savait pas s'y prendre.

--Qu'est-ce que tu racontes?

--Si, si, je t'assure, je crois savoir pourquoi, les autres, ils n'y arrivent pas!

Mon père a consulté Antoine du regard, par-dessus ma tête, puis a sorti un billet de dix francs et me l'a tendu.

J'ai posé les dix francs devant Antoine, et j'ai dit:

--Antoine! Je veux essayer!

--Bon, a dit Antoine, mais sans tricher, alors, hein?

--Je te le promets, je le jure! Ai-je dit de bonne foi.

Je me suis assis en face de lui, j'ai perché ma petite main de rien du tout dans sa grosse pogne dure comme fer, j'avais eu du mal à loger mes doigts entre les siens, et je l'ai regardé droit dans les yeux.

--C'est toi qui donnes le signal? m'a demandé Antoine.

--Oui, j'ai dit. Maintenant!

Et je me suis arc-bouté de toutes mes forces.

 

J'avais huit ans.

J'y croyais. Je suis devenu tout rouge, je le sentais, et tout mon corps participait à l'effort, et mes pieds sur le sol, et même le son qui sortait malgré moi de ma gorge... et soudain, j'ai vu le bras d'Antoine qui commençait...légèrement... à ployer!... Je n'en revenais pas! Mais si... Il cédait, petit à petit... J'ai regardé Antoine, et j'ai bien vu, sur son visage, les traces d'un effort inouï, intense, un vrai, qu'on ne peut pas imiter... Et je lui ai ployé la main jusque sur la table!

Il a repris son souffle.

--Dis donc, t'es rudement costaud, qu'il m'a dit, avec son énorme accent polonais.

Je ne l'avais jamais vu perdre avec qui que ce soit.

Et il n'a jamais perdu une seule fois après moi.

--Je peux ramasser...la mise, j'ai demandé timidement.

--Bien sûr, c'est normal, puisque t'as gagné.

J'ai été rendre les dix francs que mon père m'avait prêté. J'avais gagné dix francs au bras-de-fer. Je me suis promis de le raconter à mes copains, dès le lendemain. Et puis, je ne sais pas pourquoi... je ne l'ai pas fait.

 

Antoine, sur mon lit de mort, à l'heure du grand départ pour le grand tout, je me souviendrai de toi. De ta gentillesse monstrueuse, de ta douceur dans la vie, tu étais l'homme le plus authentiquement chaleureux que j'aie jamais rencontré.

 

Margerie

Posté par blogodard-ch à 05:17 PM - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 octobre 2014

UN PETIT BONJOUR EN PASSANT...

J'ai souvent l'occasion de collaborer avec certains qui ont beaucoup de talent. Parmi ceux-là, Florenci occupe une place à part. 

Il savait tout faire, et excellait en tout. En plus, c'était l'homme le plus modeste et le plus chaleureux que j'aie jamais rencontré. Il est parti très tôt, par accident.

Chapeau bas, messieurs et dames: voici Florenci Clavé, dans L'Hydre mélomane, le troisième tome des Chroniques du Temps de la vallée des Ghlomes.

 

 

11 ghlomes 3 - copie

DÉSORMAIS EN LECTURE SUR: www.bd-artstrip.com

 

 

Posté par blogodard-ch à 07:42 PM - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 octobre 2014

GREG, MARTIN, ET MOI...

De cette époque, s'il fallait que je retienne un souvenir, ce serait celui-là.

C'est un souvenir que j'ai raconté des centaines de fois... Enfin, des centaines... disons plein de fois...

Je ne m'en lasse pas.

On sortait d'une réunion de rédaction, à Paris, Greg et moi.

A cette époque, il était rédacteur en chef de Tintin.

Il me dit:

-- On va prendre un pot? 

-- Sûr, je réponds.

Sans vraiment parler, on était tous les deux sur la même longueur d'ondes.

On nous sert au comptoir, on échange quelques mots. Puis, il me dit:

-- ...Au fait, comment que ça se fait que tu n'es jamais venu à Tintin

-- Ben, je fais, la bouche ouverte, parce que personne ne me l'a jamais demandé!

-- Eh bien, qu'il rétorque, je te le demande.

Je marque un temps, je réfléchis, je le regarde...

-- Mais...Pour faire quoi?

-- Ce que tu veux.

 Voilà.

C'est comme ça, aussi simplement, en trois mots (quatre pour être précis), que Martin Milan est né, et que s'écoula une collaboration de plus de vingt ans. Jusqu'à ce qu'il soit remplacé à son poste, et que je me tire aussitôt ailleurs. S'il était encore vivant, j'y serais toujours. Mais si, bien sûr!

C'était comme ça que les choses se passaient ...autrefois.

http://www.bd-artstrip.com

Martin Milan - T05_40_2_revu

Posté par blogodard-ch à 03:22 PM - Commentaires [1] - Permalien [#]

06 octobre 2014

MARTIN,DIS, QUAND REVIENDRAS-TUUUU???...

L'autre jour, un vieil ami à moi, qui se fiche de la BD comme de sa première paire de chaussettes, m'a rendu visite alors que j'étais en train de dessiner deux miséreux échangeant des paroles acides, installés sur un bout de trottoir défoncé.
--Excuse-moi, Paul, (il ne s'appelle pas Paul, il n'aimerait pas que je cite son prénom)... Mais il faut que je termine en vitesse...
-- Dis-donc, ça t'amuse de faire ça? me demanda-t-il en faisant une grimace dégoûtée.
Je dus réfléchir un temps, et je m'en tirai par une pirouette.
--Bé oui, ça m'amuse! Et puis ça me permet de dire des choses, de... de...
--Les dire, bon, mais les dessiner?... Ça t'amuse?
--Tout ce qui touche au dessin m'amuse, mon vieux. Tout.
--Beuh! fit-il avec une grimace dégoûtée. ..Curieux! Moi, ça ne me viendrait pas à l'idée d'accrocher deux miséreux au-dessus de la tête de mon lit. 
--Ah?
-- Et à Adèle non plus! (C'est sa copine et ce n'est pas son vrai prénom également)
--Tout le monde ne pense pas comme toi, repris-je, vexé. Ca fait plusieurs de ces croquis que j'ai revendus, deux, rien que cette semaine!
--Allez! Tu blagues?
--Je te le jure!
--Et si tu faisais quelque chose de...je ne sais pas, moi, de joli à regarder... peut-être que je t'en achèterai un pour le mettre au-dessus de la tête de mon lit...
Je marquai un temps.
--On verra ça, dis-je, sans rien promettre.
On se quitta là-dessus. 
Il doit repasser demain ou après-demain. Je vous tiendrai au courant. L'aquarelle ci-dessous porte le titre de "Dis, Martin...quand reviendras-tu?..."
(les "caches" ne figurent pas sur l'aquarelle originale)
BD-stripart.com

nu 1_3

Posté par blogodard-ch à 11:30 PM - Commentaires [2] - Permalien [#]

03 octobre 2014

ON SE CONNECTE COMME DES FOUS...

Il ne se passe pas de jour sans que l'on nous fasse une révélation relatant les méfaits d'Internet et de tous les réseaux qui en découlent, vous avez remarqué ?
Nous voilà donc, paraît-il, entrés dans le monde inouï de l'interconnexion à tout-va, de tout avec tout. 
Ainsi, depuis votre paire de lunettes-smartphone-caméra-station-météo-détecteur-de-partenaires-libertins, vous pourrez bientôt allumer le gaz dans votre pavillon de banlieue à 20 kilomètres de là, sous le frichti, et tirer la chasse d'eau des WC, si vous avez oublié le matin en partant.
C'est, paraît-il, un progrès.

Claude Plumail - mon ami Pluplu - et moi-même, avions en quelque sorte anticipé un chouïa sur la chose.
Cela s'appelait: "Le Cybertueur"… C'était en 2003. C'était pas mal vu, je trouve. On n'en est pas encore arrivés à ce que nous décrivions, mais ça approche à grands pas.

Vous trouverez, ci-dessous, deux pages extraites du tome IV, "La Grande Conspiration"

cyber4 - 1copie

cyber4 - 2copie


Toute la série est disponible à la lecture, sur www.bd-stripart.com ...

Posté par blogodard-ch à 09:08 PM - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 septembre 2014

ON EFFACE TOUT ET ON RECOMMENCE (sur l'air des lampions)

Vous écoutez les infos ou les commentaires à la télé, vous? ...Oui?... moi aussi. Mais je crois que je vais arrêter. Ce n'est pas qu'ils ne soient pas intéressants, non. Mais je trouve que, globalement, ça manque de variété. Ils répètent inlassablement toujours les mêmes choses. Les mêmes commentaires. Les mêmes déductions. Les mêmes constatations. Les mêmes révélations qui, à force, cessent complètement d'être des révélations, bien sûr. Le principe même d'une révélation étant qu'elle ne sert qu'une fois. Ca tourne toujours autour de, 1/il faut rembourser la dette; et 2/ ils n'y arriveront jamais. Comme manière de distraire le téléspectateur, moi, je trouve qu'ils étaient meilleurs avant. Très nettement. Et nous aussi, les raconteurs d'histoires rigolotes, les plaisantins du crayon et du pinceau, les enjoliveurs de la vie de tous les jours. Ouais. La preuve, voici deux planches du "Vagabond des limbes", datée de l'année 1981... Ah, c'était quand même autre chose, merde!!!
http://www.bd-artstrip.com/fr/

Bonke 1

Bonke 2

Posté par blogodard-ch à 04:37 PM - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 septembre 2014

CE QUE C'EST QUE DE NOUS, TOUT DE MÊME...

Quelle époque opaque, hein, comme disait le Concombre, naguère. J'ai entendu un commentateur dûment assermenté, hier, qui disait que ça allait mal partout, et qu'il était devenu difficile aujourd'hui de savoir qui étaient les bons, et qui étaient les mauvais. Je résume, hein. Et qu'il était nécessaire de ne surtout pas se fier aux apparences, car elles sont trompeuses, comme chacun sait. Je résume, je résume. Il disait exactement la même chose, mais en beaucoup-beaucoup plus de mots. Je me suis souvenu que j'avais osé aborder le problème dans une des histoires de Norbert et Kari:"l"île aux monstres"... Vous vous souvenez?
http://www.bd-artstrip.com/fr/

n et k aujoudui

Posté par blogodard-ch à 03:32 PM - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 septembre 2014

LE DÉSACCORD PERPÉTUEL DES SEXES...

Assez curieusement, il arrive que, entre les hommes et les femmes, ils parviennent à trouver tout un tas de raisons qui les conduisent à bien s'entendre. 

Dans un couple, on entend souvent l'un ou l'autre déclarer : "Pour ce qui est de faire des voyages, Martine est toujours partante !"; ou bien : "Je ne sais pas pourquoi, mais, nous sommes toujours d'accord sur le choix de nos amis, avec Robert"; ou encore : "C'est génial, on s'entend très bien sur la manière de voter, Gisèle et moi".

L'une des raisons qui font que, parfois, certains couples sont d'accord sur tout, c'est qu'ils tombent d'accord pour constater qu'ils ne sont d'accord sur rien.

Tous les moyens sont bons, pour réussir à former un couple qui tienne la route !

D'où, ci-dessous, quelques exemples mis en image par Marmou, pour le Guide des Femmes (à l'usage des hommes)...

p34_guide femme_encrage

 

Posté par blogodard-ch à 06:58 PM - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 septembre 2014

UN GUIDE ESSENTIEL...

...POUR TOUS LES VOYAGEURS DE LA VIE...

Je ne sais pas pourquoi, mais, un beau jour, le Directeur des ÉDITIONS VENTS D'OUEST, charmant homme au demeurant, me tira par la manche et m'expliqua qu'il avait l'intention de publier un nouveau guide, « LE GUIDE DES FEMMES À L'USAGE DES HOMMES »...

Je lui dis que cela me paraissait une très bonne idée, vu que, généralement, les hommes n'entendent rien aux femmes, qu'ils sont d'une maladresse et d'une goujaterie qui laissent perplexe quand ils tentent de les séduire, et d'une grossièreté astronomique quand qu'ils s'échinent à les quitter.

--Donc,vous acceptez?

Je dus avoir l'air stupide, vu le regard qu'il dirigea vers moi.

--Vous pouvez vous y mettre quand?

--Mais je ne suis pas l'homme de la situation, voyons! Il vous faut un... fin psychologue... Un spécialiste en cette chose-là, un séducteur patenté...

--Mais pas du tout, rétorqua-t-il, agacé. Au contraire. Vous avez déjà été quitté?

--Hollala, oui.

--Combien de fois?

--Holala... il faudrait que je prenne un papier et un crayon...

--C'est ce que j'avais deviné. Signez là.

Page exemple le guide des femmes

 

C'est ainsi que mon ami MARMOU et moi nous nous mîmes au travail.

Il en résulta un guide, quasi-terminé à la date d'aujourd'hui, et qui va paraître très bientôt.

Je vous en mets ci-dessus une page, et vous en mettrai quelques autres si ça vous intéresse.

http://www.bd-artstrip.com/fr/

Posté par blogodard-ch à 02:22 PM - Commentaires [2] - Permalien [#]

24 septembre 2014

COMMENT AMUSER LA GALERIE...

Bonjour à tous, et même aux autres,

Je suis sûr que vous vous dites, à la découverte de la scène ci-dessous, "Mais qu'est-ce qu'il lui prend, comme ça tout d'un coup, lui que je connais au travers des si charmants « Norbert et Kari », ou de la si déjantée « Jungle en Folie », de brosser un tableau aussi éloigné de son univers habituel? Il est souffrant? Il déprime? Il a des trous de mémoire? Il ne sait plus qui il est?"

Non, rassurez-vous, tout va bien.
Je voulais juste vous rappeler que, quand vous allez sur la plateforme de téléchargement en ligne :www.BD-artstrip.com , vous arrivez sur la page d'accueil et, sur le côté droit de cette page, se trouvent deux portes distinctes, l'une qui conduit à mon blog, et l'autre à UNE GALERIE. 

En clair, vous pouvez donc également cliquer sur la galerie, et la visiter. Si vous êtes curieux, allez voir, juste pour jeter un coup d'oeil et découvrir ce qui s'y vend. Vous n'êtres pas obligés d'acheter pour avoir le droit de ressortir. L'entrée est LIBRE, la sortie aussi...

Mais, je vous rappelle à ce propos que cette galerie, outre ce qui s'y vend, est également habilité à recevoir des commandes « à la demande ». (Comme dans n'importe quelle galerie).

Et je souligne que la plateforme ENTIÈRE est, d'une certaine manière, une vaste galerie elle-même. 
Qu'elle est une plateforme d'auteurs.
Et que, s'il vous est arrivé de vous dire, pendant la lecture d'un album papier, «Tiens, cet album, j'aurais bien aimé en posséder une planche... », comme ça, en passant.

Eh bien, aujourd'hui, vous avez la possibilité de relire cet album sur la plateforme, de revoir calmement les planches une à une... de les agrandir... de les détailler... puis d'adresser à l'auteur un message du genre: « La planche tant, vous seriez disposé à la vendre? Parce que, moi, je suis disposé à l'acheter. On pourrait en discuter « directement » entre nous, sans un galeriste qui va prélever son pourcentage au passage?» 

Peut-être que l'auteur en question vous répondra « Désolé, mais ça fait 22 ans que je l'ai vendue, cher ami. » Mais peut-être pas. A vous de voir.

Vous pouvez faire ça.

C'est ça, une plateforme d'auteurs, et c'est en ça qu'elle ne ressemble pas aux autres.

 

Posté par blogodard-ch à 10:07 PM - Commentaires [3] - Permalien [#]

22 septembre 2014

DÉDICACE À DOMICILE

Cet après-midi, ai consacré quelques heures à faire une dédicace sur commande. Compliqué de faire une aquarelle sur le papier merdique d'un album. 

www.BD-artstrip.com

Dédicace Martin 2

Posté par blogodard-ch à 05:00 PM - Commentaires [0] - Permalien [#]

DU TEMPS DE DARGAUD AVANT DARGAUD...

C'était à l'époque, pas si lointaine en vérité, où, à la tête de la maison d'édition DARGAUD, se trouvait un homme qui s 'appelait DARGAUD. Georges Dargaud. Étonnant, non? ...On ne le voyait quasiment jamais. Pas une fois, il n'était venu se mêler à nos réunions de rédaction. Goscinny nous avait raconté, j'ai des témoins, qu'il se fiait à sa fille pour avoir une idée approximative de ce qu'il publiait. Sa fille n'aimait que « Tracassin et Angelure », de Jean Chakir, rien d'autre. Hello, Jean! Quand on croisait notre éditeur dans l'entrée de l'immeuble, il passait très vite en baissant la tête, sans ouvrir la bouche. Pas par mépris, non. Par peur d'appeler Monsieur TRUC, quelqu'un qui se serait appellé MACHIN.

 Le « Vagabond des Limbes », notre série à Julio et moi, se portait bien. Elle avait démarré lentement, depuis 8.000 exemplaires, était montée lentement, assistée par tout un tas de prix , dont certains prestigieux, et atteignait régulièrement, tous les ans, depuis plusieurs années déjà, 35.000 exemplaires à la nouveauté. Et ne bougeait plus de là. Un jour, avec une certaine exaspération, Julio et moi avons demandé un rendez-vous au directeur commercial. Je tairai son nom, par respect pour sa mémoire. Ce fut grand moment. Nous lui expliquâmes que la maison n'avait jusqu'à présent jamais dépensé le moindre bout de centime pour la moindre moitié de bout de quart de page de pub. Que notre patience s'épuisait à attendre que quelque chose se passe. Qu'il était urgentissime que la maison lance une petite campagne de promotion, même modeste, autour de la série, car nous avions la certitude d'avoir fidélisé un lectorat, et d'être en possession de quelque chose qui pouvait monter beaucoup-beaucoup plus haut...

--Certainement, dit le directeur des ventes, en se grattant pensivement le menton.

--N'est-ce pas, dis-je, avec des tremblements d'espoir dans la voix.

--Oui, oui, beaucoup plus haut, opina le directeur des ventes en regardant le plafond... Mais...

--Mais quoi, dit Julio, hagard.

--Mais... il faudrait dépenser de l'argent, laissa tomber le directeur des ventes.

--Et alors, dis-je. Oui, bien sûr. Pas beaucoup. Un peu. C'est pour ça qu'on est là, justement.

--Et pourquoi voulez-vous qu'on dépense de l'argent, mes pauv'z'amis, POUR UNE SÉRIE QUI SE VEND TOUTE SEULE? déclara le directeur commercial, en dirigeant vers nous un regard accusateur.

 

Vous pensez que je galège?

Eh bien non. Cette phrase a résonné longuement dans mon crâne, comme un coup de marteau sur une enclume. Je ne vous rapporte que la très exacte vérité. La vérité vraie. La vérité crue.

Nous allâmes jusqu'à demander un RV à Georges DARGAUD en personne, vous savez, qui ne savait probablement pas comment nous nous appelions, et qui nous reçut très aimablement. Je vous raconterai peut-être un jour ce rendez-vous qui, dans le genre, vaut le jus aussi. C'est ainsi que nous décidâmes de fonder ce qui devint « le Vaisseau d'Argent éditeur ». Claude Plumail vint nous rejoindre. Bonjour Claude. Notre premier album fut vendu à plus de 50.000 exemplaires, ainsi que les suivants à raison de trois par an. Ce fut LE DÉPOTOIR DES ÉTOILES, premier de la liste, et vous en avez ici quelques planches. Cet album, comme les autres, est lisible sur notre plateforme :

 

VDL16-31

VDL16-32

BD-artstrip.com

VDL16-30

Posté par blogodard-ch à 04:56 PM - Commentaires [6] - Permalien [#]

21 septembre 2014

LAISSONS LA POLITIQUE DE CÔTÉ, pour changer

Dans cette histoire de NORBERT et KARI, Norbert est nommé Président de la république d'un nouvel état appelé Mono-Kunuh. Certes, ce n'est qu'une petite plateforme de 20 mètres carrés, perdue à la surface de l'océan, mais, à la faveur des événements qui vont suivre, on va vite s'aperçevoir que, être Président de la République, c'est une très lourde charge. Dès lors, hors des caméras et de l'opinion publique, a-t-on le droit d'avoir une vie privée? La question se pose de façon extrême, comme on le voit notamment du reste dans cette planche... 

empire1

empire001

Cet album est lisible sur le site: "http://www.bd-artstrip.com/fr/

Posté par blogodard-ch à 11:37 AM - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 septembre 2014

MACROÉCONOMIE ET MACROPHAGE SONT DANS UN BATEAU...

Il faut que je vous raconte ma journée d'hier. J'étais à une centaine de kilomètres de Paris, à Saint-Martin-les Égliettes, où je rendais visite à un grand ami à moi. Il se nomme Martin, oui, comme le mien, mais ce n'est pas la raison. Il approche de la retraite est en très heureux, car il travaille dans un élevage intensif de poulets. Hélas, c'est un homme d'une sensibilité extrême, qui élève des pigeons voyageurs pour le plaisir, recueille les chiens perdus et les soigne quand ils en ont besoin, et entretient ses trois ruches. Il vit une sorte de torture quotidienne, dans son usine, en badigeonnant à longueur de journée des poulets déplumés pendus par les pattes arrière et pas tout à fait morts. Bien obligé, car il n'y a que cette usine-là, dans un rayon de 50 kilomètres. Hier, mon ami Martin était particulièrement remonté.

-T'as vu, Christian, qui ils ont mis ministre de l'économie? Un type qui sort de chez Rothschild et qui s'appelle Maquereau!

-Mais, non, intervins-je, pas Maquereau, voyons, Macron!

-C'est ce que je dis, oui!

-Pas du tout! M, à, c, r, o, n, épelai-je consciencieusement.

-Macron, Macro, c'est pareil! Et t'as vu ce qu'il a osé dire?

-Non, de quoi tu parles?

-Ce type, millionnaire à ce qu'on dit, à 38 ans, il a osé diii... creuh – chreuh..

J'avais oublié de préciser que, lors de cette conversation dans sa modeste salle à manger, nous étions en train de prendre l'apéritif du soir. Enfin, lui, pas moi, car je ne bois pas. Et il venait de s'étrangler en avalant une gorgée de Pastis... Il lui fallu un certain temps pour retrouver l'usage de la parole.

-Ahkreuuu... Il a osé parler de nous, kreu... dis, nous les pauvres, reprit mon amis avec ses quatre chiens autour de lui, il a osé nous traiter d'analpha-bètes!

-Non, pas analphabètes. Illettrés.

-Oui, ben c'est pareil. Et c'est une honte, moi je dis.

-Ce n'est pas très malin en effet.

-Et tu veux, mon avis?

-Ben oui, plutôt deux fois qu'une!

-Eh bien, quand on s'appelle Macro, je lui réponds: Ah ! Non ! C'est un peu court, jeune homme !
On pouvait dire... oh ! Dieu ! ... bien des choses en somme...
En variant le ton, —par exemple, tiens:

  • Agressif : « moi, monsieur, si j'avais un tel nom ,
Il faudrait sur le champ que je me le désam-pétasse ! »


  • Amical : « mais il doit tremper dans un sale coup, c'est sûr, pour paraître, faites-vous fabriquer de faux papiers,

  • Prévenant : « gardez-vous, votre identité entraînée
par ce poids...

Je dus le couper car, je savais d'expérience que, quand il était lancé dans Cyrano de Bergerac, on en avait pour des heures... Pour le faire changer de conversation, je lui mis la main sur la bouche.

-Au fait Martin, t'es au courant? Sarkozy revient!

-Oui, je sais, soupira mon ami, l'air soudain très fatigué, les Macro, ça va, ça vient...

sarkozy le retour

Posté par blogodard-ch à 03:27 PM - Commentaires [2] - Permalien [#]

17 septembre 2014

RENCONTRE EN FORÊT...

Bonjour à tous,
Avant-hier, j'ai terminé l'écriture d'un album à paraître très bientôt, et je me suis permis, quelques instants, de regarder voler les mouches.
C'était reposant.
Le spectacle du vol d'une mouche, qui n'arrive pas à se décider pour une direction plutôt qu'une autre, car toutes se valent, a quelque chose de rassurant. Ce genre de comportant relève, à mon avis, intrinsèquement du monde du vivant, rien excepté. Je développerai plus tard...
Hier, j'ai décidé de ne faire que ce que j'avais envie de faire.
Je me suis posé la question.
"Qu'as-tu envie de faire, idiot?"
Promenade, cinoche, copains copines,...? Finalement, je me suis aperçu que ce que j'avais LE PLUS envie de faire, c'était ...une aquarelle!!! Sans blague! Je déconne pas.
Alors j'ai ressorti mon attirail, qui n'est jamais loin, et...et je me suis bien amusé.
Voilà le résultat...

Aquarelle Martin rencontre en foret

Posté par blogodard-ch à 05:09 PM - Commentaires [2] - Permalien [#]

13 septembre 2014

BD-ARTSTRIP

Capture d’écran 2014-09-12 à 21

                                                                                           Bonjour à tous,

 Aujourd'hui n'est pas un jour comme les autres.

C'est un grand jour, car j'ai une grande nouvelle à vous annoncer.

Oyez, oyez, jeunes gens ! BROUM-BADABOUM ! Approchez, approchez ! Nous sommes le 13 septembre 2014, ce jour est le jour de la naissance d'une nouvelle plateforme de lecture en ligne de bandes dessinées!

Elle s'appelle...

http://www.bd-artstrip.com/fr/

...et vous êtes tous conviés à la visiter.

Pour ce faire, vous n'avez pas le moindre effort à faire car, sans le savoir, tandis que vous lisez ce qui précède, vous êtes déjà dedans, par l'intermédiaire de ce blog, lequel y est dorénavant « incorporé » ! 

Nombre d'entre vous m'écrivent régulièrement pour me demander comment retrouver telle ou telle série devenue indisponible chez les libraires, qui croulent sous la déferlante indiscontinue et folle des nouveautés, pour me poser des questions du genre: à quand une intégrale de telle autre série laissée momentanément inactive, ou encore quand ils pourront enfin découvrir la suite des aventures du « Vagabond des Limbes », qui manque, Ô combien à tous...

Je suis à présent en mesure de fournir à chacun d'entre vous l'accès à cet endroit qui va permettre, à terme, de redécouvrir la presque totalité des séries que nous avons développées au cours de nombreuses années, avec le concours de tous ceux qui sont venus nous rejoindre, scénaristes et dessinateurs mes confrères, mes amis...

Et nous ne nous limiterons pas à ce qui a déjà été entrepris. Nous mettrons également en oeuvre des nouveautés, et nous avons hâte de nous y atteler. Je vous en dirai davantage très bientôt, et notamment par quoi nous avons l'intention de commencer... 

Courez-y vite ! Et faites-moi part de vos opinions, de vos réactions, de vos souhaits, de ce que vous aimeriez y trouver et qui n'y est pas encore... 

Nous avons désormais l'ambition de faire de cet endroit,

 

http://www.bd-artstrip.com/

 

...un lieu tel que vous aimeriez qu'il soit.

G.

 

Sans titre 2

 

 

 

 

 

 

 

Posté par blogodard-ch à 09:52 AM - Commentaires [11] - Permalien [#]

08 septembre 2014

ACCROCHEZ-VOUS AUX BRANCHES, LES AMIS...

A chaque jour sa surprise de taille. 

Pas un seul jour sans une grosse surprise.
Oh, bien sûr, elle n'est pas toujours de la même taille, mais c'est une surprise quand même.

Avant-hier, c'était Valérie Trierweiler, son livre, et les sans-dents.
Hier, c'était Thomas Thévenoud, député et secrétaire d'Etat, qui ne paie pas ses impôts depuis plusieurs années.

Aujourd'hui, c'est une surprise beaucoup plus modeste, mais quand même, dont je vous fais la révélation ci-dessous...

Eh oui, les amis, la Jungle en Folie est éditée chez les Chinois, piratée manifestement, mais qu'importe.
La Jungle en Folie a donc été voyager jusqu'à la Grande Muraille, là où les personnages de BD s'expriment par des tortillons appelés pictogrammes…

 

jungle chinois 1a

jungle chinois 1b

jungle chinois 2

jungle chinois 3

Posté par blogodard-ch à 06:40 PM - Commentaires [2] - Permalien [#]

02 septembre 2014

LES CHOMEDUS À LA LANTERNE...

La question du chômage, vous en avez pas marre, vous ? C'est vrai que la crise du chômage mérite qu'on y réfléchisse sérieusement, quand on y pense. Parce que, en vérité, il y a une bonne part du chômage qui est engendrée par ceux qui ne veulent pas travailler. Qu'on ne vienne pas me dire que tout le monde veut travailler! Ça n'est pas vrai. J'ai discuté le coup avec un Black, médecin de son état en Éthiopie, qui avait refusé, à Pôle Emploi, de vider les poubelles!!! Et pourquoi, je vous le demande! Qu'est-ce qu'elles ont, nos poubelles ?! J'en connais plein du même genre, moi, qui ne pensent qu'aux vacances aux Seychelles ou au Qatar. Que ça ne tente pas du tout, de faire leur devoir et de travailler pour réduire le chômage endémique français. Faut quand même être sérieux, merde! Le chiffre de chômeurs en France est, aux dernières nouvelles, de 3.400.000 personnes. Sur ce chiffre-là, si on commençait par retirer ceux qui ne veulent pas travailler, ça réduirait le problème, peut-être de moitié. Qui sait!? Même plus, on ne sait pas. Alors, moi, je dis, sus aux chômeurs qui coincent la bulle aux frais du contribuable. Qu'on les expédie aux Seychelles, s'ils y tiennent, ou qu'on les mette en prison! Vous allez voir que, quand on les mettra en demeure de choisir, le problème sera vite résolu! C'est l'idée de Rebsamen, en gros. Pas bête!  

Le chômage

Posté par blogodard-ch à 10:53 PM - Commentaires [3] - Permalien [#]

27 août 2014

TOUT AUGMENTE, DÉCIDÉMENT...

J'ai collecté les informations ci-dessous dans la presse dite sérieuse et informée. Je ne sais pas ce qu'il faut en penser. Libre à chacun de se faire une opinion. Tout ce que je sais, et ce n'est pas grand chose, c'est que, dans mon enfance, à Paris, les SDF, il n'y en avait pas. CA N'EXISTAIT PAS. Oh, certes, il y avait bien quelques « mendiants », par ci, par là. Mais moi qui passait tout mon temps libre dans la rue, c'est à peine si je les remarquais.

«Le nombre d'enfants SDF morts augmente 

Au moins 454 personnes SDF sont décédées en France en 2013, dont 15 enfants de moins de 15 ans, selon le bilan final du collectif « les Morts de la Rue », qui comptabilise toute l'année ces décès.

Parmi eux, le collectif a dénombré 15 enfants décédés (soit 3,3% des personnes SDF), un chiffre en forte hausse par rapport à 2012 (trois enfants décédés), en cohérence avec l'augmentation du nombre de familles hébergées par le 115 ou vivant dans des bidonvilles. Dix d'entre appartenaient à la communauté rom.

Les enfants avaient quatre ans en moyenne, et cinq étaient des nouveaux-nés. Les trois quarts étaient en situation de rue (notamment des bidonvilles).

Ils sont principalement décédés de causes accidentelles (9 accidents, dont 4 noyades et 2 incendies) ou pour des problèmes de santé (une pneumopathie non prise en charge médicalement, quatre cardiopathies congénitales liées à des grossesses non suivies).

Dans la rue, la mort est plus précoce: la moyenne d'âge au moment du décès s'établit pour les adultes à 53,4 ans en Ile-de-France et à 48,4 ans en province, contre 77 ans en moyenne pour la population générale (chiffre de 2011). Ceux dont la cause du décès est connue (61,5% des cas) ont souvent succombé à des morts violentes (agressions, accidents ou suicides), mais aussi à des cancers ou des maladies cardiovasculaires.

En région parisienne, la moitié sont décédés à l'hôpital, contre seulement 20% en province. Un tiers des SDF adultes décédés en IDF avaient dormi la nuit précédent leur décès dans un lieu non prévu pour l'hébergement, un quart pour ceux morts en province.

Les données manquent sur le temps passé dehors: des résultats parcellaires portant sur 64 personnes font état d'une moyenne de 10 ans (8,1 ans en moyenne en province, 12,4 ans en IDF) ».

Bienvenue à Monsieur Emmanuel Macron.

 

SDF Macron

Posté par blogodard-ch à 04:00 PM - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 août 2014

DERNIÈRES NOUVELLES DU FRONT...

Il est rare que je ne m'attache pas à - au moins - un embryon de sujet, quand je m'adresse à vous, mais, aujourd'hui, je n'ai rien trouvé qui m'inspirait un commentaire, si menu soit-il. Aussi, ne m'en gardez pas rancune, mais je vais me contenter de vous faire part de quelques nouvelles qui méritent d'être racontées, et qui n'ont aucun rapport entre elles. Aucun. Certains vont aller chercher midi à quartoze heures, je le sais, mais ils auront bien tort.

Ainsi, au Libéria, des hommes armés ont attaqué un centre d'isolement pour malades du virus Ebola à Monrovia. Ils ont provoqué la fuite d'une vingtaine de patients, a-t-on appris dimanche de sources concordantes, lesquels se sont égayés dans la nature. «Ils ont cassé les portes et ont pillé les lieux. Les malades ont tous fui», a affirmé un témoin de l'incident survenu dans la nuit de samedi à dimanche. Piller des lieux contaminés par le virus Ebola, bon, mais que peut-on y piller? Des seringues usagées? Des pansements ensanglantés? Là, franchement, il fallait y penser. Voici le premier fait du jour que je voulais vous rapporter. Passons au second.

L'homme le plus percé au monde, Rolf Buchholz, a été refoulé de Dubaï à son arrivée à l'aéroport où il devait se produire dans un hôtel, a rapporté le quotidien local Al-Emarat Al-Youm. L'homme a 453 piercings sur tout le corps, dont la majorité se trouve autour de la bouche, ce qui doit probablement le gêner beaucoup pour lécher une glace à la vanille, et tout un tas d'autres choses, comme parler par ailleurs. Il a été refoulé par les autorités aéroportuaires, car il a été soupçonné de sorcellerie. Se percer 453 fois le corps, moi, ce n'est pas de sorcellerie que je le soupçonne, mais là n'est pas la question. Passons au troisième fait du jour.

Le Premier ministre Manuel Valls affirme qu'il est «hors de question» pour son gouvernement de changer de politique face à la panne de croissance, jugeant «irresponsables» ceux qui, à gauche, appellent à une autre stratégie.

Voilà les trois faits nouveaux du jour que je voulais vous rapporter. Il me semble qu'ils sont soudés entre eux par quelque lien mystérieux que je serais bien en peine de qualifier. L'un de ces liens sournois, vous savez, dont on ne se doute pas toujours de la présence...

Je ne sais pas si cela mérite qu'on y réfléchisse. Peut-être? A vous de voir.

immigration

Posté par blogodard-ch à 06:36 PM - Commentaires [0] - Permalien [#]

Fin »