Figurez-vous que...(Si vous n'êtes pas dessinateur, ce que j'ai à raconter risque de vous barber prodigieusement). Figurez-vous que, disais-je, il y a pas mal de temps, j'ai offert la couverture de l'un de mes albums à une amie. (Quoi, quoi, tout de suite?). Il s'agit de celle de l'album "Mille ans pour une agonie". Et puis le temps passe et, un jour, l'un des collectionneurs que je connais me propose de me l'acheter. Je dis, impossible, je ne l'ai plus. Il me propose alors de la refaire à l'identique. Je dis, à l'identique, il n'y a rien de plus chiant. Il me répond, d'accord, je vous en offre le double. Je dis, en y réfléchissant bien, j'adorerais la refaire, j'y pense depuis longtemps. Marché conclu, on tope, et j'essaie de m'y mettre. Et puis je constate, une fois de plus que, à l'identique, il n'y a rien de plus comme vous savez. Je téléphone à mon collectionneur, et je lui dis, désolé, mais je suis débordé de boulot, et... Il me répond, vous vous y connaissez rudement pour faire monter les prix, vous, hein? Et il monte encore d'un cran. A ce prix là, je lui dis que ça serait du gâchis de ne pas obtempérer. Il me répond, d'accord, mais pas pour la Saint-Glinglin. Et me voilà devant ma planche...

A l'identique...

C'est chiant à un point, pour vous je ne sais pas, mais pour moi, si j'ai choisi ce métier, ce n'est pas pour avoir envie de me flinguer le pinceau.

C'est alors qu'une idée me traverse. ET SI JE LUI REFAISAIS MA COUVERTURE À L'IDENTIQUE, OUI, MAIS À L'ENVERS???

De telle manière que ce qui se trouve à droite se trouvera à gauche, et ce qui se trouve à gauche se trouvera à droite?

Je m'y colle, et,...Ô miracle, je la refais en chantonnant.

Vous vous demandez pourquoi je vous raconte tout ça?

Vous allez comprendre (tous ceux qui sont arrivés jusque là et qui ne sont pas dessinateurs vont en tomber sur le cul).

Parce que, à l'identique parfait, mais inversée, ma couverture était devenue bien meilleure, malgré que tout soit identique au plus petit détail près.

Je venais de redécouvrir que, sur scène, on entre par le côté cour, et on sort par le côté jardin. MARTIN, qui était à droite dans la couverture d'origine , avait l'air de reculer. Se retrouvant à gauche DANS LA MEME POSITION ABSOLUE il avait l'air d'avancer. Vous pouvez vérifier si vous avez l'album. Si vous ne l'avez pas, tant pis.

Capture d’écran 2015-03-04 à 19

 

Bref! Se souvenir que, sous nos latitudes, on lit de gauche à droite, et qu'il faut en tenir compte quand on veut composer une scène, il n'est jamais trop tard dans la vie pour s'en apercevoir.