L'histoire véridique

l'histoire véridique 2

Comme tout le monde, je viens d'apprendre que l'un des deux pilotes de l'avion qui s'est écrasé dans les Alpes françaises mardi dernier avec 150 personnes à bord, était sujet à de graves dépressions, qu'il était suivi médicalement pour un traitement d'ordre psychiatrique, qu'il avait des problèmes sentimentaux, et que tout le monde le savait dans le village où il vivait.

Bon. Tout le monde le savait.

C'est quand même très rassurant de savoir que, quand on est malade, on est soigné par des gens compétents. Ça rassure.

Tout le monde le savait, sauf la compagnie aérienne qui l'employait, ainsi que son copilote qui l'a laissé tout seul dans la cabine de pilotage.

C'est pas de chance. Quelqu'un du village où il habitait aurait dû passer un coup de fil.

Si jamais vous êtes appelé à prendre l'avion, posez la question de savoir si l'un des deux copilotes n'est pas dingue. Se bourre de cachets, a des hallus, ou tout ça. Renseignez-vous. Passez un coup de fil dans le village où il habite. Contactez sa copine et demandez-lui comment ça va, entre eux, dans le couple, voyez?

C'est toujours prudent de poser les bonnes questions au bon moment.

Pas toujours facile, d'accord.

Essayez quand même.

Ça m'a rappelé une petite histoire en 2 pages que j'ai dessinée dans le temps, et qui parle de dingues qui essaient de voler. Sur des tapis. Et qui y arrivent, eux.

Juste pour vous dérider un brin, parce que tout ça n'est pas drôle, finalement.