52 milliards de dette

J'ai toujours rêvé de faire des dettes.C'est que cette faculté n'est pas donnée à n'importe qui. Il y faut des qualités exceptionnelles: un culot monstre, une absence totale de scrupules, un regard lucide sur cette société, et puis, par-dessus tout, l'art de raconter n'importe quoi, et d'être cru. Après, l'avenir vous appartient. Quand j'ai compris ça, j'ai renoncé à faire des dettes. J'en avais, mais des petites. Beaucoup trop petites. Alors je les ai payées. Logique. Moi, quand je raconte une histoire, tout le monde sait que c'est une histoire inventée. C'est trop tard. Je suis condamné à vie à dire la vérité quand je m'adresse à une banque. Une sorte de malédiction, quoi... Et pourtant, je marche, je marche... Mais pas elle.